parcours réel

Penny Farthing Bicycle T

vendredi 22 mars 2013

La Lorraine suisse

Dès l'arrivée à Airolo, de l'autre côté du tunnel, on se croit en Italie.
D'abord parce qu'on y parle italien. Ensuite parce que le ciel y est uniformément bleu, un peu comme quand on passe le Pourtalet depuis la France ! On sent directement que le fond de l'air est bien plus doux et on abandonne même nos gants pour pédaler ! C'est le jour du printemps, et ça se sent ! L'habitat aussi a changé : les maisonnettes en pierres sèches ont remplacé les grands chalets en bois et on trouve des petits villages exigus au lieu des habitations de montagne dispersées. Et puis, c'est quand même beaucoup moins propre...

On suppose que le Tessin pourrait être à la Suisse ce que certains coins la Lorraine sont à la France : une région un peu défraichie, qui a dû être industrielle mais dont il reste surtout des friches tristes et ternes...

Pour 18km de montée, on descend sur une quarantaine de kilomètres, ce qui est plutôt rentable en terme d'effort !
On trouve assez facilement le spot de camping sauvage le plus pourri de tout le Tessin : un terrain vague judicieusement situé à proximité de l'autoroute et surtout à côté d'un chenil dont les effluves malodorantes n'ont d'égales en matière de désagrément que l'intensité sonore des aboiements continuels... Comme il fait nuit, on s'y installe tout de même, le ciel est clair et il nous semble même qu'il fait doux, position que nous revoyons au matin lorsqu'il faut gratter le givre de la tente pour parvenir à la plier ! Mais l'expérience est concluante : avec une bonne doudoune, on dort sans problème dehors même par des températures négatives ! Il fait tout de même encore 0° à 8h du matin et on ne s'attarde pas même si on s'est déjà presque habitué aux hurlements canins !
Le temps est radieux et on roule gaillardement jusqu'à Lugano malgré les contre forts alpins qui nous hachent un peu. Demain, l'Italie pour de bon...

2 commentaires:

  1. Hey ! Salut Jeanne,

    Je suis avec beaucoup de plaisir les prémisses de ton aventure et ça me rappelle plein de souvenirs. Pas mal de similitudes, j'étais passé un peu plus à l'ouest pour rejoindre l'italie par la Suisse à la même saison mais je pense que la météo était plus clémente… Tu arrives près de Milan, tu as pu joindre Stéphano ?

    Bonne continuation.
    Grég

    RépondreSupprimer
  2. Salut Greg ! Je suis ce soir à Milan et j'avais trouvé un autre toit par Warmshower donc je n'avais pas contacté Stephano qui n'est apparemment plus sur le site. Et puis ça a merdé au dernier moment donc solution de repli in extremis à l'auberge de jeunesse !
    Je ne me souviens plus par où tu étais passé pour traverser l'Italie. Pour moi, plein est jusqu'à Venise, j'imagine que je vais un peu rouler dans ta roue !

    RépondreSupprimer