parcours réel

Penny Farthing Bicycle T

dimanche 14 avril 2013

L'Italie, la tête dans le guidon

Bilan partiel et partial - et désordonné - de ces trois semaines italiennes...

  • Même pour un palais français, on mange et on boit pas mal du tout. Mais il faudra quand même penser à leur envoyer la recette du pain un de ces quatre...

  • Dans les campagnes, des ruines de maisons partout et énormément de maisons à vendre. Effet de la crise ou de je-ne-sais quoi d'autre, tant de ruines donne une étrange impression...

  • Les années semblent peser plus lourd chez eux et jamais aussi souvent, on a remis en question mes presque 30 ans ! A moins que les voyages, en plus de former la jeunesse, aient le pouvoir de la faire durer plus longtemps...

  • La notion d'interdiction est tout à fait flexible et d'après ce que les Italiens eux-mêmes disent, s'il n'y a pas flagrant délit, il n'y a pas délit ! Dans un office du tourisme, on me dit d'ailleurs d'un chemin qu'il est réservé aux piétons mais que je peux l'emprunter si la police ne me voit pas !

  • Il semble y avoir quelque chose d'intéressant à voir dans chaque ville, en particulier des vieilles églises à tous les coins de rues, parfois rachetées par des pizzerias ou d'autres commerces  !

  • En comparaison avec la Suisse, on se déplace bien moins naturellement à vélo ici mais il y a incontestablement pas mal de pistes cyclables et des efforts faits pour favoriser le cyclisme. Par contre, il reste encore beaucoup de boulot à faire du point de vue de la signalisation...

  • Les réactions face aux cyclistes sont souvent extrêmes, probablement parce que la chose est inhabituelle dans le pays. On me prend parfois pour une sauvage évitée avec méfiance et la bienveillance est démesurée chez ceux qui n'ont pas peur de moi !

  • Les familles sont apparemment bien plus unies que chez nous et les générations vivent encore souvent les unes avec les autres. Il leur paraissait incompréhensible que je puisse vivre si loin de mes origines géographiques et de mes attaches familiales.

  • Toutes les cuisines que j'ai croisées sont équipées d'un placard au dessus de l'évier dans lequel on range la vaisselle mouillée qui peut donc égoutter. Comment n'a-t-on pas eu l'idée avant ?!

  • Toutes les salles de bain sont équipées de bidets - "bidet" en italien - et ils ne comprennent pas qu'on puisse ne pas s'en servir !

  • A certains endroits, les toilettes des femmes sont très basses, un peu comme dans une école maternelle mais avec une grande cuvette ! Malgré mon enquête approfondie, je n'ai toujours pas trouvé la raison de cette étrangeté !

  • Comprendre l'italien et même baragouiner quelques mots s'acquièrent avec une incroyable facilité lorsque l'immersion est totale et la communication indispensable. Si j'étais ministre de l'apprentissage des langues étrangères, j'enverrai toutes nos têtes blondes pédaler sur les routes d'Europe ! Bien sûr, être francophone n'est pas étranger à cette facilité et mes lointains souvenirs du "Vocabulaire essentiel de latin" n'y sont pas pour rien non plus - et promis, c'est pas pour faire du racollage passif que je dis ça !

  • Les selles de vélo ne laissent pas indifférents et j'aurais peut-être même renoncé à ma magnifique Brooks vintage si j'avais connu celle-ci !   

6 commentaires:

  1. Je me permets d´emettre une theorie concernant les toilettes : les italiennes etant generalement de petite stature il leur est sans doute parfois difficile d´eviter la position assise dans les toilettes publiques si ceux sont trop haut (elles n´ont pas toutes tes cuissots de cyclistes !!)..Abaisser la cuvette leur permet donc d´uriner en toute tranquilite (sans soucis d´hygiene), d´autant plus que la largeur de la cuvette facilite la tache...Meme pour une fille il est parfois difficile de viser juste a partir d´une certaine hauteur !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Steven supposait que c'était pour pouvoir servir à la fois de toilettes et de bidet... Une autre hypothèse à explorer...

      Supprimer
  2. de quelle tache s'agit-il ?
    cuissot ou cuisseau ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que les deux orthographes existent et que ça dépend de l'animal. Compte tenu du mien, j'ai misé sur le sanglier...

      Supprimer
  3. Quel plaisir de te lire presque au quotidien! Tu me fais voyager et découvrir certains aspects du pays visibles uniquement par une vraie baroudeuse comme toi! Merci encore... et bon courage à toi et Frida pour passer les Alpes.
    Céline M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas franchement une baroudeuse de l'extrême mais ça n'empêche pas de découvrir bien des choses...!
      Les Alpes ne sont désormais qu'un lointain souvenir... et je crois que le dénivelé va enfin se calmer...

      Supprimer