parcours réel

Penny Farthing Bicycle T

mercredi 8 mai 2013

Traversée des Saxes


L’Allemagne et l’été approchant, les cyclotouristes commencent à fleurir le long de l’Elbe et même si je ne colle pas vraiment à la moyenne d'âge, ça me fait plaisir de croiser des compatriotes.

Savoir que Dresde a été intégralement détruit et reconstruit à l'identique est impressionnant et même s'il fait gris, la ville est agréable. J'y retrouve Etienne qui me raconte l'inauguration de la Frauenkirche et Lucie qui me raconte l’autoroute depuis Strasbourg.



Etienne nous confie sa carte et ses conseils et repart en train sous le crachin.On prend donc sa carte et ses conseils et on pédale sous le crachin jusqu’à un charmant petit moulin au pied duquel on installe notre campement. Un panneau indique que les visites du lieu commencent à 10h, on se donne donc pour ambitieuse mission de se lever à 8h. 
Alors que nous nous apprêtions à gagner notre couche, Peter nous aperçoit à la lueur de sa dynamo. Il a de la bière à partager et une boite de raviolis froids qu’on ne lui jalouse pas. Il parle surtout très bien français et nous discutons longuement au clair de lune et au pied du moulin jusqu’à ce qu’il reparte camper plus loin. Démarche que nous aurions pu adopter aussi pour éviter d’avoir à justifier notre présence en ces lieux auprès du gardien venu ouvrir le moulin à l’aube…

Le lendemain, on recroise Peter à Meiβen où on se laisse tenter par les colliers en porcelaine à 60000€ puis on se retrouve à nouveau sur la piste cyclable qui longe l’Elbe et on en profite pour boire un coup au bord de l’eau pour fêter la naissance des deux petits agneaux que nous avons vus faire leurs premiers pas !
Les Allemands sont les rois du vélo et on profite des nombreuses pistes cyclables et du balisage qui nous mène sans problème le long du fleuve. Il ne pleut pas, c’est tout plat, que du bonheur !




A Torgau, on se met aux coutumes locales en mangeant une Currywurst et on s’extasie longuement dans les rayons saucisses et charcuterie du magasin local. Et puis on retourne à la nature. 

Au hasard du chemin, un lac aménagé. Certes, il faut franchir un portail mais l’herbe verte, la quiétude de l’endroit, les sanitaires bienvenus nous poussent à braver l’interdit. Bien mal nous en a pris ! A 2h du matin, des bruits de pas nous tirent de notre sommeil. Quelqu’un va et vient autour de notre tente, le gérant venu dormir sur place et qui ne s’explique pas notre présence ! Il faut donc s’expliquer. L’homme n’est pas ravi de nous voir là mais après une leçon de morale bien compréhensible, notre diplomatie triomphe et on finit la nuit là où on l’avait commencée. 

On décide tout de même de partir de bonne heure pour ne pas recroiser notre hôte qui avait pris soin de fermer le portail à clé ! Nous commençons donc la journée par une épreuve de saut de haie et un lancer de vélo !

Il fait un temps magnifique et on se réjouit même d’être tôt sur les routes qui nous mènent jusqu’à Wittenberg où Luther a pondu sa réforme. La ville est bien belle et ses glaciers sont bien bons. Les chemins sont agréables, on prend souvent le bateau pour traverser l'eau, on bronze des mains et du nez, Lucie parfait son allemand, tout va bien !

Assagies par notre expérience de la veille, on décide qu’on ne franchira désormais ni portail ni clôture pour trouver où dormir. Au bord de l’eau, un club de canoë nous propose son terrain, ses douches, sa cuisine et même ses bières fraiches pour fêter les 3000km de Frida ! Totalement séduites par le concept de club de canoë, on réitère l'expérience le lendemain avec en prime la perspective d'un barbecue qui motive Lucie à pédaler toute la journée ! 
On passe donc la soirée au bord de l'eau et la matinée suivante sous l'eau puisqu'il pleut des cordes à notre réveil, ce qui me permet une fois de plus de prouver l'étanchéité de la tente et des sacoches restées dehors. Le rameur responsable des lieux a un peu pitié de nous. Il nous invite à déjeuner et ne nous fait rien payer pour célébrer l'amitié franco-allemande ! 
On profite d'une éclaircie pour pédaler jusqu'à Magdeburg qui a aussi pris cher en 45 mais qui s'en est moins bien remis que Dresde ! La Grüne Zitadelle d'Hundertwasser est quand même bien belle... La pluie semblant tenace, on décide d'y trouver une chambre pour la nuit. On y trouve même un appartement entier coquet et équipé pour une modique somme et on se console de l'ingratitude de la météo en passant la soirée au sauna. 



Et puis il me faut retrouver la solitude. Mais il fait beau. La route est encore longue et belle... 

15 commentaires:

  1. Jeanne, je te suis depuis le début.Bravo! Quelle belle expérience!
    Aujourd'hui,ma fibre maternelle a vibré en voyant ma fille en photo .
    Bises à toi et à lucie si elle est encore avec toi.
    Anne-Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lucie n'est plus là mais elle a rapporté un magnifique pneu et des sacoches Ortlieb en souvenir de son passage cycliste en Allemagne. Il ne lui reste donc plus qu'à revenir pédaler !

      Supprimer
  2. Eh oui, Jeanne, on te suit, on te suit et on attend toujours avec plaisir les prochains "comptes rendus" de tes rencontres et découvertes. Bientôt 2 mois et quel parcours !!! Bravo à toi et prends bien soin de toi; avec les beaux jours qui arrivent, l'aventure devrait être encore plus agréable. Bisous à toi.
    Roseline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le cap des deux mois sur les routes a été franchi. Et l'enthousiasme reste intact !

      Supprimer
  3. La route est encore longue et belle...quelle positive attitude! c'est tellement léger, aérien, tout parait si facile quand le moral est au beau fixe, encore et toujours malgré tous les aléas, oui, on ne retient alors que cette petite musique qui enchante le quotidien, qui colorie sans complexe les ciels humides et froids, qui réchauffe enfin tous les coeurs en attente...toujours avec toi, dans la peine et le réconfort, mamy Sunshine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'optimisme est de rigueur parce que l'expérience montre qu'il triomphe toujours ! Et surtout parce qu'il serait bien ingrat de ne pas se réjouir chaque jour de ce que je vis ! Mais tout cela ne me donne pas beaucoup d'indices sur l'identité de cette mamy Sunshine !

      Supprimer
  4. Salut ! Après Guillaume Tell, tu as dû vivre avec Hundertwasser ton 2ème remember Aufwind 4ème, non ? J'ai parlé de ton périple à mes parents qui sont très admiratifs et ma mère me demandait si tu avais dû changer tes pneus en cours de route... A part les tessons en Suisse, ils ont supporté le choc jusqu'à présent ?
    bien le bonjour à l'Allemagne et bonne route encore dans ce beau pays !
    Amandine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité, je ne voulais pas l'avouer mais tout le parcours repose sur le programme d'allemand de 4ème !
      Mes pneus vont très bien ! Et je suis sûre que Frida serait super flattée de savoir que ta mère se préoccupe de sa santé !
      En théorie, ils sont unplattbar mais dans la pratique, j'ai déjà crevé deux fois ! Mon pneu avant est celui de mon ancien vélo qui avait fait plus de 6000km sans jamais crever et sans être usé mais il n'a apparemment pas très bien vécu le changement de monture ! Le pneu arrière est aussi un Schwalbe Marathon Plus, réputé increvable et inusable et pour l'instant, il fait ses preuves !

      Supprimer
  5. Bonjour Jeanne. J'ai eu connaissance de ton blog par une amie d'Azeraille. Je fais partie de CCI. Le 28 je commence avec un couple d'amis le parcours de l'Elbe. Nous commençons à Hambourg et pensons aller jusqu'à Prague. Je lis donc avec intérêts tes commentaires. Le petit appart. à
    Magdeburg pourrait nous intéresser. Nous camperons en général ou auberge jeunesse. Si tu as de bonnes adresses à me communiquer, je suis preneuse. Je comprendrais aussi aisément que tu n'ais pas le temps de me répondre. Je te souhaite beaucoup de bonheur pour la suite de ton aventure, de belles rencontres et expériences. Claudine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Compte tenu du sens du vent, c'est une fort bonne idée d'aller du nord vers le sud plutôt que l'inverse...
      Pour Magdebourg,c'est à l'office du tourisme qu'on nous a donné le tuyau et l'adresse, c'est en plein centre, dans la Wallonerstrasse me semble-t-il. Je demanderai à l'amie qui était avec moi si elle se souvient plus précisément du nom. Sinon, entre Magdebourg et Dresde, il y a de nombreux clubs de canoë qui ont un terrain sur lequel on peut camper. Ca coute 5€ par personne, j'y ai généralement été seule avec douche et cuisine à disposition ! Je sais qu'il y en a à Coswig, Tangermünde, Rogätz, Schönenbeck, Havelberg entre autres. Le plus simple est de demander lorsqu'on y est où est le suivant parce que les offices de tourisme ne savent rien à ce sujet.
      Pour les cartes, je vous conseille les guides Bikeline qui sont vraiment les plus fonctionnels. Sinon, il y a aussi des dépliants verts plutôt bien faits avec seulement des cartes mais je ne me souviens plus l'éditeur. Vous trouverez de toute façon tout ce qu'il faut dans n'importe quelle librairie Thalia ou magasin de vélo à Hambourg.
      Peut-être serait-ce plus simple que vous me donniez votre adresse mail ou votre numéro de téléphone et nous pourrons communiquer par sms quand vous serez sur place.
      Bons préparatifs en tout cas...

      Supprimer
    2. Merci infiniment pour les infos dont nous tiendrons compte. Nous avons déjà le Elberadweg qui est assez détaillé, mais malheureusementen allemand. Cependant, mes amis connaissent un peu l'allemand. Le camping dans les clubs de canoé est une super idée. Mon adresse mail est clbp35@hotmail.fr. Ton adresse mail est-elle sur ton site ?.Je pense que tu auras quitté l'Allemagne quand j'y serai. Bonne continuation et avec le beau temps j'espère. Amitié. claudine

      Supprimer
  6. Cela ne va pas te réconcilier avec le gigot d'agneau cette naissance !
    bisous , c'était sympa ce coup de fil inattendu.
    claudie

    RépondreSupprimer
  7. salut Jeanne, ça me fait plaisir que ma carte jusqu'à Madgebourg a repris du service et que tout roule toujours pour toi! A la revoyure! Etienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons effectivement fait fort bon usage de ta carte ! Tout continue à rouler tranquillement sous le crachin du Schleswig-Holstein...

      Supprimer
  8. Marie & Louise24 mai 2013 à 20:08

    Vous avez déjà fait la moitié, bravo madame !

    #Marie & Louise.

    RépondreSupprimer